Comment bien acheter une maison ?

4 novembre 2020 Par Sylvain Biquand Non

Acquérir sa maison fait assurément partie des grands projets de la vie d’un homme. Cependant, il n’est pas évident de se lancer dans cette quête sans au préalable prendre un minimum de précautions afin d’obtenir les résultats escomptés. En effet, il faut d’abord commencer par bien définir les attentes et en fonction de celles-ci, mener les recherches immobilières. Afin de bien s’y prendre, il est primordial de se faire aider par des agents immobiliers. Ensuite, il faut procéder à la visite guidée effectuée par un agent immobilier. Lorsque vous aurez trouvé la maison qui vous convient, il vous suffira de vous acquitter des frais d’achat et autres frais relatifs.

Comment bien acheter une maison ?

Conseil n°1 : Faites attention à l’emplacement de la propriété de vos rêves

L’emplacement est probablement le facteur le plus important lors de l’achat d’une maison. La longueur du trajet est tout aussi importante que la distance à parcourir pour se rendre au jardin d’enfants ou à l’école. Quelles sont les liaisons de transport ? Les bus ou les trains circulent-ils régulièrement ou êtes-vous dépendant d’une voiture ? Pour en savoir plus sur votre région, consultez l’Internet. Quels sont les loisirs possibles, y a-t-il suffisamment de commerces et de médecins à proximité, mais aussi des terrains de jeux ou des clubs de sport pour les enfants ? Quelle est l’importance de la pollution sonore provenant des industries ou des lignes de chemin de fer environnantes ? Les éventuelles nuisances olfactives de l’agriculture et les radiations des ondes radio jouent également un rôle. Vérifiez les conditions, après tout vous voulez vous sentir à l’aise.

Conseil n° 2 : prenez en compte l’âge, la taille et l’état de santé lorsque vous prenez votre décision

Outre l’âge de la propriété, la taille joue également un rôle important. L’espace de vie correspond-il à vos besoins actuels mais aussi futurs ? Quelle est la hauteur de la pièce ? Les chambres de moins de 2,60 m de haut semblent souvent oppressantes. Vous attendez des enfants ou l’un de vos enfants va bientôt quitter la maison ? La maison offre-t-elle suffisamment d’espace pour la famille, mais aussi pour vos affaires ainsi que pour la machine à laver, le sèche-linge et le congélateur ? Faites une liste des chambres dont vous avez absolument besoin (bureau, chambre d’amis, chambre de loisirs). Une plomberie de haute qualité et accessible vous permettra d’économiser sur les coûts de rénovation. Jetez également un coup d’œil au jardin : La coupe est-elle bonne et le jardin assez grand ?

Vérifiez l’état de la façade, mais aussi des escaliers et des poutres de soutien. Le toit est-il étanche et quel est l’âge des tuiles ? Vérifiez méticuleusement la présence de moisissures dans chaque pièce. Les salles de bains et les sous-sols sont particulièrement sensibles à ces spores dangereuses. Regardez également tout autour de la propriété : à quoi ressemble-t-elle autour de vous, y a-t-il encore des travaux de construction en cours ? Si oui, pouvez-vous supporter le bruit de la construction ?

En outre, une étude de sol peut être conseillée pour la propriété. Cela fournira des informations sur l’état de santé et toute contamination cachée pourra être identifiée. Le niveau des eaux souterraines est également déterminé, car il ne doit pas être trop élevé. Le rapport est préparé par un expert géotechnique et coûte entre 500 et 1 000 euros. Souvent, certaines informations peuvent déjà être obtenues auprès de voisins qui sont disposés à fournir des renseignements, mais cela ne peut pas remplacer un avis d’expert.

Conseil n° 3 : se tourner vers l’avenir

L’achat de la propriété est une étape importante pour une plus longue période de la vie, peut-être même pour toute la vie. C’est pourquoi il faut examiner de plus près votre quartier. Les familles avec enfants vivent-elles dans les maisons avoisinantes ou plutôt les retraités ou les célibataires actifs. Les enfants veulent des enfants avec lesquels ils peuvent jouer dehors. Les travailleurs sans enfants peuvent être gênés par le bruit des enfants qui jouent. Vérifiez donc si l’environnement vous convient.

Mais gardez aussi à l’esprit une conversion ultérieure adaptée à l’âge : la maison dispose-t-elle déjà d’un accès sans obstacle aux pièces les plus importantes ? Quels sont les efforts et les ressources financières nécessaires pour une conversion adaptée à l’âge ? Incluez ces dépenses éventuelles dans votre décision.

Conseil n°4 : Examinez le plan de développement

Le plan d’aménagement précise les mesures de construction que vous êtes autorisé à réaliser. Les spécifications suivantes peuvent être réglementées dans le plan de développement : méthode de construction, nombre d’étages complets autorisés, taille, profondeur et largeur des parcelles de construction, formes de toit, couleurs, matériaux et même types de maisons.

L’emplacement des places de parking et des lignes de services publics peut également être déjà précisé. Consultez le plan d’aménagement de l’autorité locale de la construction afin d’être sûr que vous serez autorisé à effectuer les transformations prévues ultérieurement. Dans certains cas, les plans sont déjà disponibles sur le site web de l’autorité responsable de la construction.

Conseil n°5 : comparez le prix d’achat et vérifiez les possibilités de financement

Lors de l’achat d’une maison, il y a généralement une marge de négociation : comparez les prix d’achat dans la région et définissez un plafond pour vous-même. Si nécessaire, utilisez les défauts que vous trouvez pour renégocier une nouvelle fois. Mais attention : Si vous exagérez trop, vous risquez d’être perdant pour les autres acheteurs potentiels.

Le financement est le pivot de l’achat d’une maison : outre le prix d’achat, il faut également tenir compte des coûts de rénovation, d’ameublement et, surtout, des frais annexes. Votre conseiller déterminera vos besoins et vous informera sur vos possibilités de financement, mais aussi sur les possibilités de remboursement de votre prêt. Au final, vous recevrez un financement adapté à vos besoins. Le financement le moins cher n’est pas toujours le meilleur – des critères tels que la flexibilité, le contact personnel, l’accessibilité et un conseil complet vous assureront d’autres avantages à long terme.

Conseil n° 6 : n’oubliez pas les frais annexes

Outre le prix d’achat, vous devez également tenir compte des frais annexes : ceux-ci comprennent la commission du courtier (généralement entre 4,76 % et 7,14 %), les droits de mutation (entre 3,5 % et 6,5 %), les frais de notaire (environ 1,2 %) et l’inscription au registre foncier (0,5 %).

Conseil n°7 : Quel est le montant des fonds propres nécessaires à votre financement ?

En règle générale, on peut noter que plus vous apportez de capitaux propres dans le financement, plus le taux d’intérêt de votre financement sera élevé. Avec une participation de 20 %, vous pouvez généralement couvrir les frais accessoires et vous êtes protégé des mauvaises surprises en cas de financement ultérieur dans 10 ou 15 ans, lorsque les taux d’intérêt augmentent.

Il est généralement possible de créditer les contributions propres en tant que fonds propres jusqu’à une valeur de 10 à 15 % des coûts de construction ou de fabrication. Toutefois, la prudence est de mise dans ce domaine. De nombreux constructeurs se surestiment dans leurs calculs : si vous voulez faire beaucoup de choses vous-même, vous aurez besoin de plus de temps qu’une entreprise spécialisée. En outre, il n’y a pas de garantie pour le travail propre.

Conseil n°8 : Si nécessaire, faites évaluer la propriété

Si vous n’êtes pas sûr du prix d’achat, une évaluation immobilière peut être utile : un expert – souvent un ingénieur civil ou un architecte – détermine pour vous sur place la valeur marchande réelle du bien. Les coûts varient de quelques centaines d’euros à 1,5 % de la valeur du bien, selon l’ampleur et l’effort requis. Une option beaucoup moins coûteuse est l’évaluation en ligne, qui peut être effectuée rapidement et facilement et vous donne une première orientation pour évaluer le prix d’achat.

Conseil n°9 : consultez le certificat énergétique

La loi exige que chaque vendeur ou propriétaire présente le certificat énergétique lors de la visite. Tout comme les appareils électroménagers, les bâtiments sont divisés en classes d’efficacité énergétique. Dans le certificat énergétique, vous trouverez une échelle de couleurs allant du vert au rouge avec la classification des classes d’efficacité de A à J. La classe A a une très faible valeur énergétique, les maisons ayant cette efficacité énergétique sont également appelées maisons passives. La classe H-J, en revanche, est un vieux bâtiment non rénové. Le bien immobilier que vous souhaitez acquérir doit avoir au moins une efficacité énergétique de classe B.

Dans ce contexte, vous devez également vérifier quel système de chauffage est installé dans la maison et quel est l’âge du système. Vous devez également vérifier l’isolation. Dès que la chaleur s’échappe par les parois latérales, par exemple, les coûts de chauffage augmentent.