Comment louer rapidement son logement ?

28 juin 2020 Par Sylvain Biquand Non

Disposer d’un logement destiné à la location est une chose, mais la louer efficacement et rapidement en est une autre, bien plus complexe. Pour réussir à louer rapidement votre logment, voici 9 conseils d’experts !

Comment leur rapidement son logement ?

Conseil n°1 : fixer le bon loyer avant de louer

Si vous souhaitez louer votre logement en tant que propriétaire, la première étape consiste à fixer un prix de location approprié. Ainsi, vous devriez pouvoir réaliser les revenus prévus d’une part et, d’autre part, le prix du loyer devrait toujours être intéressant pour les locataires potentiels. Considérez ce qui suit :

  • Quels sont les loyers pratiqués dans la région immédiate ?
  • Les logements loués sont-ils reloués rapidement ?
  • Votre bien est-il compétitif en termes de commodités, d’emplacement et de plan d’étage ?
  • La base plus précise pour déterminer le loyer est l’indice des loyers de la ville concernée. À l’aide d’un tableau et de divers critères tels que l’emplacement, la taille et l’ameublement, vous attribuez à votre bien un prix de location afin de déterminer le « loyer comparatif local ».

La détermination exacte du prix dépend de la question de savoir si votre appartement est situé dans une région où il y a un frein à la location ou si celui-ci ne s’applique pas localement.

De nombreux problèmes liés à un appartement ou une maison peuvent être considérés comme des motifs de réduction du loyer. Mais ce n’est pas toujours légal ; aussi nous vous montrons ce à quoi vous devez prêter attention.

Conseil n°2 : Ce qui ne doit pas manquer dans l’annonce du logement

Les données clés habituelles telles que la taille ou le loyer n’oublieront guère un propriétaire dans l’exposé, mais qu’en est-il, par exemple, du certificat énergétique ?

Cette mention est obligatoire et ses chiffres clés les plus importants doivent être publiés dans l’annonce. Cela inclut l’année de construction du bâtiment ou la source d’énergie du système de chauffage. Si un certificat énergétique n’est pas encore disponible, il doit être présenté au plus tard lors du rendez-vous de visite.

Attention : une erreur courante dans ce contexte est l’indication d’un nombre de mètres carrés trop élevé. Souvent, la surface au sol est simplement considérée comme la surface en mètres carrés pour le calcul du loyer, mais les toits en pente ou les pièces de faible hauteur ainsi que les balcons et les terrasses ne comptent pas pour 1:1 comme surface de location. La prudence s’impose ici, car les locataires peuvent également réclamer rétroactivement les loyers payés en trop.

Conseil n°3 : Examinez de près les locataires

Une évaluation précise des locataires potentiels est obligatoire, aucun propriétaire professionnel ne doit se fier à son seul bon sens s’il veut réussir à louer un appartement.

Les moyens financiers nécessaires doivent être donnés, afin que le paiement du loyer soit possible sans difficultés. Les promesses verbales ne suffisent pas – vous devez obtenir des documents écrits tels que des fiches de salaire actuelles.
Bien qu’une bonne documentation n’offre pas une protection complète, elle réduit le risque de tomber dans le piège des escrocs de la location.

Les nomades locataires sont la grande crainte de nombreux propriétaires, car les résidents qui ne paient pas causent généralement des dommages économiques mortels.

Conseil n°4 : Quelles questions ne devez-vous pas poser au locataire ?

Malgré toute l’honnêteté et la transparence, il y a une fin à certains points, car un locataire ne doit pas répondre à toutes les questions posées par le propriétaire. Même si ces derniers peuvent être intéressés, les questions sur le planning familial ou l’appartenance religieuse, par exemple, sont taboues. Si les questions sont trop personnelles, le demandeur peut refuser de répondre ou même mentir.

Conseil n°5 : une remise enregistrée du logement évite les ennuis

Si vous avez choisi un candidat, il y a encore quelques écueils qui se cachent derrière la remise finale de l’appartement ou de la maison. Par exemple, il est important que vous ayez déjà reçu la caution et le premier mois de loyer avant de remettre les clés au nouveau locataire.

La forme la plus courante de garantie de loyer est une caution classique d’un montant de trois loyers à froid. Mais il existe aussi des alternatives, comme par exemple la garantie de dépôt de loyer.

Afin d’éviter tout litige ultérieur sur l’état du bien immobilier, vous devez également tenir un registre détaillé lors de la remise de l’appartement. Dans ce protocole de remise, les différentes pièces, y compris les dommages antérieurs et les particularités, sont documentées, ainsi que tous les relevés des compteurs d’électricité, de gaz et d’eau.

Conseil n°6 : Que faire si le locataire ne paie pas

Malgré tous les soins et la préparation, il peut arriver que le nouveau locataire ne respecte pas son obligation de paiement ou cesse soudainement de payer après plusieurs mois. Dans un tel cas, vous devez d’abord rester calme et parler au locataire pour essayer de savoir pourquoi le loyer n’est pas payé.

S’il s’agit simplement d’un goulot d’étranglement financier à court terme, le locataire peut simplement payer le loyer plus tard. Si, par contre, le locataire n’est pas disponible ou se soustrait à vos questions, vous devez être vigilant et prendre des mesures supplémentaires, par voie judiciaire notamment.

Conseil n° 7 : payer des impôts sur les revenus locatifs

Bien entendu, les revenus générés par la location d’un logement doivent être imposés. Une exception est faite lorsque le montant total est le montant exonéré d’impôt. Dans la plupart des cas, bien sûr, les revenus dépassent ce montant, c’est pourquoi le loyer net est alors utilisé pour calculer la charge fiscale.

Le loyer net est déterminant pour le montant de l’impôt à payer.
En effet, les frais de fonctionnement sont utilisés pour payer les frais annexes. Vous devez déduire toutes les dépenses du loyer net, par exemple pour le financement ou pour l’entretien du bien. Les frais d’intérêt ou les factures des commerçants ne sont que quelques-uns des éléments que vous pouvez déduire.

Conseil n°8 : Y a-t-il des conditions à remplir pour louer un appartement ?

En fait, la location d’un bien immobilier est soumise à certaines conditions. Par exemple, vous devez d’abord vous demander si vous pouvez rassembler les ressources nécessaires pour le faire. Après tout, lorsque vous louez un appartement ou une maison, il y a une certaine quantité de travail qui vous attend. Cela inclut, mais n’est pas limité, à ce qui suit :

  • Relevé annuel des frais de service du locataire.
  • Calcul de la rentabilité pour les autorités fiscales
  • Participation aux réunions de propriétaires
  • Coordonner les travaux de rénovation ou autres questions relatives au propriétaire
  • Réparation des dommages ou mise à contribution des commerçants
  • Nouvelle location et recherche de locataires
  • Une partie des travaux mentionnés peut être effectuée par une société de gestion immobilière, mais vous devrez calculer une redevance mensuelle pour cela.

Conseil n°9 : Louer un appartement avec ou sans agent immobilier ?

Il peut sembler assez simple de louer un logement. Mais selon la ville ou la zone exacte du bien, il peut parfois être difficile de trouver un locataire. La question se pose donc : devez-vous louer votre maison ou appartement avec ou sans l’aide d’un agent immobilier ?

La réponse à cette question dépend du temps que vous souhaitez investir dans la location. Une agence s’occupera, par exemple, de la rédaction de l’annonce ainsi que des rendez-vous de visite et vous aidera également à sélectionner les locataires, y compris à vérifier leur solvabilité.

En contrepartie, celle-ci sera bien entendu rémunérée pour son travail. La commission est généralement de deux loyers nets. Si vous louez un logement et engagez vous-même une agence immobilière, vous devrez payer ces frais.